Il est peu dire que Simtech a la fibre internationale ! Nos premiers semoirs directs utilisés en France étaient importés de Nouvelle-Zélande et distribués par un anglais via le Royaume-Uni... Vous suivez toujours ? Reprenons.

La Nouvelle-Zélande, l’origine de notre technique

L’histoire débute en Nouvelle-Zélande dans les années 1970, époque où des travaux sur le thème du semis sans travail du sol sont menés par l’université de Massey. Plusieurs publications successives mettent en évidence la supériorité du sillon horizontal produit par un soc « en T inversé » dénommé « Baker Boot » du nom de son inventeur. Ce soc en T inversé est rapidement repris par Peter Aitchison qui a l’idée de le monter sur une dent-ressort de type « queue de cochon », élément de base d’un semoir simple et efficace qui fera son succès.

Dans ce pays très libéral, les principales productions agricoles - lait et viande ovine – sont très compétitives sur le marché mondial. Elles reposent essentiellement sur le pâturage des prairies qui dominent le paysage et qui doivent produire du fourrage à moindres frais. Les semoirs Aitchison répondent parfaitement à cette problématique grâce à leur capacité à sursemer ces prairies, c'est-à-dire à les rénover sans les détruire et donc sans rompre la production.

DSC_0563-1.jpeg
P9150008.jpeg

Le Royaume-Uni, porte d'entrée pour l'Europe

George Simon est agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans le Suffolk, au sud de l’Angleterre, lorsqu’il découvre la technique de semis direct Aitchison au milieu des années 1990. Appréciant la simplicité, il est immédiatement séduit par le fonctionnement élémentaire de ces semoirs. Au début des années 2000, il met de côté son exploitation pour se consacrer pleinement à l’importation et à la diffusion des semoirs Aitchison en Grande-Bretagne en Irlande, puis en France. Sa motivation et sa persévérance à démontrer sur le terrain l’efficacité de la technique Aitchison lui permettront de capter ses premiers clients.

La France, véritable tremplin pour notre entreprise

Dans les années 2000, George Simon, francophile et francophone sillonne la France en long, en large, et en travers. Logiquement, sa clientèle initiale est majoritairement composée d’éleveurs. Mais la dent semeuse avec soc en T inversé suscite aussi beaucoup d’intérêt en polyculture et grande culture. Sans surprise, les semoirs néo-zélandais sont malheureusement inadaptés à cette nouvelle clientèle principalement par manque de dégagement, mais aussi du fait de leurs largeurs de travail et capacités de trémie limitées. 

George Simon entre alors en contact avec le constructeur de matériel agricole champenois Techmagri. Ensemble, ils mettent au point le T-Sem, un nouveau modèle de semoir direct plus polyvalent, doté des qualités des semoirs Aitchison d’origine (dont ils reprennent d’ailleurs certains composants) et de nouvelles caractéristiques qui en font un semoir beaucoup plus conforme aux exigences des exploitations de polyculture et grande culture. Les premiers T-Sem sont vendus sous une nouvelle marque, Simtech, toujours en parallèle des semoirs Aitchison destinés aux exploitations d’élevage.

Jusqu’alors cantonnée au modèle 3 m à châssis fixe et à distribution mécanique des semences, la gamme T-Sem se doit d’évoluer. Dans le même temps, la demande croissante nécessite de repenser la production, jusque là relativement artisanale. George Simon confie alors en 2012 la production à Emmanuel Méry, jeune entrepreneur formé chez Techmagri qui connaît parfaitement les semoirs Simtech et qui vient de s’installer à son compte dans la même région.

L’activité croissante ne permet plus à George Simon d’assumer seul la distribution des semoirs Simtech et Aïtchison sur le marché français. En 2013, il sollicite Cyril Jouvente, fils d’un client rencontré quelques années plus tôt pour assurer la gérance d’une société commerciale nouvellement créée - Simtech Aïtchison France.

En 2016, George Simon et Cyril Jouvente mettent un terme à l’import des semoirs néo-zélandais Aitchison et les remplacent par une nouvelle gamme dénommée T-Sem Grass, et désormais commercialisée également sous la marque Simtech.

IMG_0732.JPG
IMG_1091_edited-1.jpg
Focus Disques.jpg

Simtech aujourd’hui

Forts de l'expérience partagée sur le terrain avec nos centaines de clients, dans des contextes pédoclimatiques très divers, nous proposons aujourd’hui des gammes de semoirs répondant aux attentes d’une grande diversité d’agriculteurs (élevage, polyculture, grande culture, viticulture/arboriculture, en bio comme en conventionnel).

Nous restons fidèles à la dent semeuse avec soc en T inversé, technique largement éprouvée. Avec notre partenaire fabricant Mery Agri, nous poursuivons le développement de modèles toujours plus en phase avec les besoins spécifiques de nos clients.

George Simon ayant fait sa part du travail, la partie commerciale est désormais gérée par le duo Baptiste Bourillon – Cyril Jouvente. Nous assurons nous-mêmes la promotion et la distribution de nos produits auprès des agriculteurs sur l’ensemble de la France et de la Belgique, ainsi que sur la Suisse par l’intermédiaire d’un partenaire local.

L'intérêt des agriculteurs pour les techniques de conservation des sols ne cesse de croître. Le contexte économique et environnemental nous conforte un peu plus chaque jour dans nos convictions agro-écologiques et nous permet d’aborder l’avenir avec sérénité.